Une Daturobe à San Francisco

Chaque année, le site communautaire Thread & Needles organise un concours à l’automne. L’année dernière, j’avais trouvé le thème génialissime (clic ici) mais je n’avais pas trouvé le temps d’y participer. Alors cette année, pas moyen de faire sans moi !! J’adore l’idée d’avoir toutes le même thème imposé, de devoir rendre une copie, et regarder celles des autres…  Cette année, le concours a lieu sur le thème du voyage : Au fil des Voyages

J’ai d’abord eu l’idée et l’envie de revivre le week-end que nous avions passé à Dublin en juin. J’imaginais du vert, de la nature, de l’art celte. J’étais très attirée par l’univers de Brandon et le secret de Kells. Si vous ne connaissez pas, je ne peux que vous le conseiller, une pure beauté graphique (tout comme son petit frère Le Chant de la Mer, encore plus beau…). Mais je ne m’en sortais pas, j’ai très vite commencé à tourner en rond comme un triskel…

Alors changement de cap, en route vers un voyage que je rêve de faire, et non plus que j’ai déjà fait… San Francisco… Je ne suis pas une pro-Etats-Unis, loin de là même, c’est pas franchement un univers qui me fait rêver… Mais l’ambiance de la ville de San Francisco, son architecture et son histoire musicale m’attirent beaucoup.  Je m’imagine me perdre dans ses rues, avec mon cher et tendre, à la recherche du lieu mentionné dans une anecdote de l’histoire du rock psyché…

SanFrancisco8

Donc me voilà partie à San Francisco pour le concours. En tout cas virtuellement. J’ai passé pas mal de temps sur G**gle images. C’est à peu près à ce moment là qu’est paru sur T&N un article au sujet des inspirations possibles pour le concours. L’idée était de partir d’une photo et d’en dégager une palette de couleurs. Ok bouuumm ! Je tombe sur cette photo, pas très originale certes. Tout me plait, les lignes, les couleurs, les idées fusent…

InspiSF

SF4    The Golden Gate Bridge seen from the Presidio, near the Battery East Trail, in San Francisco, California     SF2

InspiSF3     InspiSF2

La blouse Datura s’est rapidement imposée comme base. Mais comme pour mon Opatura, j’ai modifié l’encolure pour créer une encolure bateau. Une toile m’a permis de me rendre compte qu’il fallait encore réduire d’une taille. Rallongée en robe, la taille de trop donnait un trèèèèèès léger effet sac à patates…

Je voulais appliquer une longue bande rouge centrale pour rappeler le pont du Golden Gate. Je voulais également appliquer des maisons rouges et turquoises, un peu comme des écailles, le long de la bande rouge, en partant de l’encolure. L’idée des maisons m’emballait plus qu’un peu, j’étais à fond. J’en voulais une, et une seule bleue turquoise, pour le clin d’œil à Maxime Le Forestier. Les écailles rappelaient aussi les uniformes sur la pochette de Sergent Pepper avec leurs brandebourgs, la couleur flashouille en moins. Je me voyais habitée par le Génie de la couture. Sergent Pepper, c’est l’album des Beatles qui rompait avec ce qu’ils avaient l’habitude de faire avant (Obladi oblada style) pour ouvrir la voie au Rock Psychédélique, Woodstock et Summer of Love. Tout se recoupait, le génie je vous dis…

Et puis j’ai fait des tests.

J’ai très vite vu que ça n’allait pas le faire, tout ça (la bande centrale, les écailles-maisons, du passepoil rouge le long de l’empiècement haut de la Datura…) ça faisait peut-être un peu beaucoup… La bande rouge centrale (associée en plus au passepoil rouge le long de l’empiècement) donnait l’air à ma robe de sortir tout droit d’une Croisade… Mauvais choix numéro un. Les écailles-maisons chargeaient et surchargeaient le haut de la robe… Mauvais choix numéro deux.

C’est là que j’ai consulté mon comité artistique (ouais ok, mon mec, ma mère et ma sœur en gros hein…). Avec les idées des uns et les remarques des autres, j’ai fait quelques modifications à mon idée de départ. Et voici donc ma Robe made in San Francisco terminée.

SanFrancisco4

Robe Datura en taille 38,

Coton marron des Tissus Myrtille

Plumetis rouge provenant du Diffus’Laine de Saint Nazaire

Liberty Mark (le tout premier acheté Oo) Tissus Reine

Lot de boutons acheté en vide grenier

SanFrancisco11    SanFrancisco5

Un petit rappel des maisons sur le dos de la robe.

SanFrancisco12     SanFrancisco3

Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas sûre de garder les écailles-maisons sur le devant de la robe. Je crois que je vais tout bonnement les découdre, et ne garder que celle du dos (bleue en plus, et adossée à… euh… mon omoplate… \o/). Less is more comme dirait l’autre. J’ai peur que finalement elles soient de trop et que la robe s’en sortirait plus élégante sans elles… J’ai peut-être voulu trop illustrer les choses (San Francisco – Alignement des maisons victoriennes – John Paul Ringo et George – Rock psyché – San Francisco…) et c’est le manque de subtilité dans le rendu final qui me gêne… Des idées ? Des avis sur la question ?

SanFrancisco10

SanFrancisco6     SanFrancisco2

SanFrancisco9

Pour le côté technique des choses, j’ai rallongé le bas de la blouse pour en faire une robe (environ 40cm je crois). J’ai modifié l’encolure de la Datura pour en faire une encolure bateau (selon le tuto d’Ivanne S., comme je l’avais fait pour mon mix Opale / Datura). J’ai fait des lignes de couture rouges sur les empiècements hauts dos et devant. Attention d’ailleurs si le cœur vous en dit, il vaut mieux ne pas faire comme moi et faire les lignes avant de découper la pièce car les lignes déforment un peu la toile. J’ai dû rectifier mes pièces avant de les coudre. La bande rouge en plumetis a été thermocollée. Les petites maisons sont juste des pliages superposés (même pas thermocollés, il y avait déjà assez d’épaisseurs… ^^’). Je n’ai pas fait de boutonnières, j’ai juste cousu les boutons à travers les deux pattes de boutonnage… Ben oui quoi, je ne compte pas trop déboutonner l’arrière de ma robe hein… 😉 Coutures anglaises et biais rapportés pour les emmanchures, encolures et ourlet du bas, ça va de soi !

SanFrancisco

Une couture entre sœurs

Une envie exprimée, un « chiche » lancé, quelques jours ensemble programmés… et hop, c’était parti pour le premier cours de couture de ma grande sœur !

Elle avait jeté son dévolu sur un débardeur Milk Shake de Aime comme Marie. On a fait les boutiques de tissus des environs, choix de la taille, lavage scrupuleux des tissus avant découpe, recopiage du patron… Bref, je lui ai tout expliqué !

MilkShakeA1     MilkShakeA

Ma sœur est une élève studieuse, douée et appliquée, elle a d’ailleurs eu les félicitations du jury ! 😉 Je savais que nous avions le perfectionnisme comme gêne commun, je lui ai donc très vite légué mon leitmotiv « le mieux est l’ennemi du bien ! ». Oui oui le petit coup de ciseau de trop qu’on a absolument voulu donner le long du zig zag pour que ce soit nickel chrome et qui ruine inéluctablement le truc en cours… Oui oui celui là même… Les séances couture ont donc été ponctuées de « mieux ennemi du bien… tout ça tout ça… oui mais là quand même ! » Pouf, découd-vite…

MilkShakeA3     MilkShakeA5

MilkShakeA6     MilkShakeA2

Un p’tit coup de main pour la pose du passepoil, mais elle s’est débrouillée comme un chef ! Voici le résultat…

MilkShakeA8Milk Shake de Aime comme Marie

Tissu à motifs, passepoil et biais la Droguerie

Coton taupe les Tissus Myrtille

MilkShakeA7

MilkShakeA10      MilkShakeA9

Biais rapporté et coutures anglaises, parce que quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer. Et puis bon, autant commencer tout de suite par de bonnes habitudes 😉

Elle est repartie toute contente dans sa voiture vers Paris avec le débardeur sur elle… Et une fois rentrée, le drame est arrivé ! Une séance de ménage frénétique a eu raison du débardeur le jour même, achevé par une goutte de javel malheureuse. Elle était dégoutée (ma sœur, pas la goutte de javel !), et comme je l’ai comprise !!

Depuis, elle s’est remise de sa mésaventure, elle envisage d’autres coutures, et a même acheté du tissu… Allez hop, une future addict de plus !

Et pour la route, une photo d’elle au moment de la découpe des pièces. On la sent bien dubitative sur le coup, un genre de « bon bon bon, je comprends pas trop ce que je fais, et j’espère bien que ça va donner quelque chose… »

MilkShakeA4

EDIT DU 25/03/2015

Je retire aujourd’hui de ce blog tout lien dirigeant vers le blog ou la boutique d’Aime comme Marie. Je refuse de promouvoir cette marque suite au débat provoqué par une suspicion de plagiat concernant 2 patrons commercialisés par elle. Par la suite, différents patrons ont été incriminés, des motifs de tissus également.
Je refuse de promouvoir cette marque surtout face à sa stratégie de communication que je qualifierais de humm… totalitariste, nauséabonde, au mieux méprisante ?
Voici des liens vers les articles du site de Biquette, articles qui ont lancé le débat et bien secoué le petit monde gentillet de la blogo couture :
http://essais_erreurs.eklablog.com/this-is-not-a-love-song-1-3-les-mysteres-de-marie-a113976820
http://essais_erreurs.eklablog.com/this-is-not-a-love-song-2-3-une-affaire-mythique-a114033200
http://essais_erreurs.eklablog.com/this-is-not-a-love-song-3-3-la-copie-l-inspiration-le-travail-le-credi-a114033206
Avec un contre-exemple : http://essais_erreurs.eklablog.com/affaire-aime-comme-marie-les-temoins-sont-appeles-a-la-barre-a114377936
Voici la réponse tardive de la marque en question : http://www.aimecommemarie.com/2015/01/les-coulisses-daime-comme-marie.html
Voici des liens vers d’autres blogs s’étant positionnés sur le sujet :
http://www.tasticottine.fr/Blog/le-probleme-avec-le-silence-de-marie/
http://sakikojones.fr/blog/12076-causons-un-peu
http://ateliermariepoisson.blogspot.fr/2015/02/m-comme-menteuse.html

A savoir que certains de ces derniers blogs ont été mis en demeure de retirer des phrases diffamatoires (selon Aime comme Marie et son avocat) de leurs articles ou des commentaires (faits par d’autres).
Libre à chacun de se faire son opinion, la mienne est faite et je n’achèterai plus de patron ni de tissu (pour les tissus, je ne l’ai jamais fait, il suffira donc de ne pas commencer) à cette enseigne.

Un milk shake chocolat

Milk5

Le Milk Shake est un patron Aime comme Marie. Il m’avait plu par sa simplicité et ses multiples déclinaisons possibles. Une lettre au Père Noël plus tard, le voilà dans mon stock de patrons (de plus en plus volumineux le stock, c’est grave docteur ?). Mais il faut bien l’avouer, décembre n’est pas le mois idéal pour coudre ce genre de projets… Le soleil étant à présent apparu (puis disparu puis réapparu puis redisparu…) je me suis enfin lancée !

Milk1Débardeur Milk Shake de Aime comme Marie

Coton marron Tissus Myrtille

Liberty Mark Tissus Reine

Passepoil turquoise La Droguerie

Milk3     Milk2

Milk4

Le patron est hyper simple ! Le seul moment délicat est celui de coudre le passepoil dans le dos au niveau de l’angle sans faire de vagues… Le résultat n’est pas parfait mais je le trouve très suffisant !

Par contre, on a beau me le dire et le redire, j’ai beau le lire et le relire, qu’il faut laver ses tissus avant de les utiliser… J’avoue que je ne l’ai fait qu’une seule fois depuis que je couds (oui, je ne sais pas ce qui m’a pris ce jour là…). Je n’avais jamais eu de mauvaises surprises jusqu’ici. Bah voilà, c’est chose faite ! Le coton marron a déteint sur le liberty, emportant avec lui tout son éclat… Pour preuve, voici une petite photo digne des « avec et sans Mir Couleurs » !

Milk6

Le « désastre » n’a pas été suffisant pour que je boude cette cousette qui a été portée et reportée… Elle a même été testée et approuvée pour le boulot pour son confort avec style ! Je l’ai tellement adopté que ce débardeur a eu depuis un petit frère…

Shake1

Débardeur Milk Shake de Aime comme Marie

Coton noir et plumetis rouge Diffus’Laine

Biais rouge de Grand-Mère Nane

Shake2

Shake4      Shake5

Et voilà, c’est fini pour aujourd’hui ! Je reviens bientôt avec une robe de princesse… Oui j’avais dit que j’arrêtais de coudre pour ma fille quelques temps pour cause de grève du modèle. Mais j’ai craqué devant une demande presque explicite de sa part… « C’est Maman qui me l’a courue ! » dit-elle depuis !

Shake6

EDIT DU 25/03/2015

Je retire aujourd’hui de ce blog tout lien dirigeant vers le blog ou la boutique d’Aime comme Marie. Je refuse de promouvoir cette marque suite au débat provoqué par une suspicion de plagiat concernant 2 patrons commercialisés par elle. Par la suite, différents patrons ont été incriminés, des motifs de tissus également.
Je refuse de promouvoir cette marque surtout face à sa stratégie de communication que je qualifierais de humm… totalitariste, nauséabonde, au mieux méprisante ?
Voici des liens vers les articles du site de Biquette, articles qui ont lancé le débat et bien secoué le petit monde gentillet de la blogo couture :
http://essais_erreurs.eklablog.com/this-is-not-a-love-song-1-3-les-mysteres-de-marie-a113976820
http://essais_erreurs.eklablog.com/this-is-not-a-love-song-2-3-une-affaire-mythique-a114033200
http://essais_erreurs.eklablog.com/this-is-not-a-love-song-3-3-la-copie-l-inspiration-le-travail-le-credi-a114033206
Avec un contre-exemple : http://essais_erreurs.eklablog.com/affaire-aime-comme-marie-les-temoins-sont-appeles-a-la-barre-a114377936
Voici la réponse tardive de la marque en question : http://www.aimecommemarie.com/2015/01/les-coulisses-daime-comme-marie.html
Voici des liens vers d’autres blogs s’étant positionnés sur le sujet :
http://www.tasticottine.fr/Blog/le-probleme-avec-le-silence-de-marie/
http://sakikojones.fr/blog/12076-causons-un-peu
http://ateliermariepoisson.blogspot.fr/2015/02/m-comme-menteuse.html

A savoir que certains de ces derniers blogs ont été mis en demeure de retirer des phrases diffamatoires (selon Aime comme Marie et son avocat) de leurs articles ou des commentaires (faits par d’autres).
Libre à chacun de se faire son opinion, la mienne est faite et je n’achèterai plus de patron ni de tissu (pour les tissus, je ne l’ai jamais fait, il suffira donc de ne pas commencer) à cette enseigne.